0

A propos du douxième chapitre – deuxième partie

Voici donc la suite du chapitre où je craignais tellement de ne pas avoir assez à dire qu’au final il en vaut deux 😉

L’école : qu’allait-il bien pouvoir se passer à l’école ? Quelles pourraient être les questions d’enfants d’ailleurs ? Il m’était facile de ressentir cette intimidation réciproque, entre Élisa et son jeune public. Elle, un peu anxieuse de leur curiosité, et eux, face à un personnage mystérieux. Mais ça devait rester des interrogations d’enfants. Je suis passée au tutoiement, comme ça aurait été le cas sur Terre et la première question a concerné l’éventualité d’un petit copain. Je ne sais pas si l’enfance a quelque chose d’universel, mais je l’ai considéré ainsi : les enfants sont pareils, partout.
Et il y a aussi une autre chose que je savais : je ne voulais pas que l’échange soit trop long. Il devait être interrompu. Et ce serait une des capacités d’Élisa qui en serait à l’origine. Alors est venue l’idée de l’hymne à l’anneau d’or qui la ferait entrer en transe et voir dans le cœur des enfants. C’est leur ferveur qui lui a permis de voir. On peut imaginer qu’en chantant, ils le voient cet anneau d’or. Ils y pensent et cette image collective est venue la toucher de plein fouet, pour se retrouver sur le tableau.

Et que ce soit du point de vue de la Terrienne Élisa ou des Dalygariens, ce don était inattendu.
Notre Élisa qui jusqu’ici avait pris ses capacités comme si cela coulait de source comprend qu’il y a quelque chose qui la dépasse. C’est Fleur Parfumée de la Plaine d’Isadora qui lui rend le sourire en taquinant son mari, lui signifiant ainsi son soutien et son amitié.
Logiquement, le chapitre devait s’arrêter là. Mais, voilà, j’ai eu envie d’autre chose. J’avais envie de creuser un peu coté Commandant.
Le voilà donc qui débarque chez Etoile et Fleur pour emmener Élisa dans un périple extérieur : à la fameuse Grande Cascade dont avait parlé les enfants. Ce tête à tête devait cimenter entre ces deux personnages qui avaient si mal commencés ensembles, un réchauffement certain. Le plongeon qu’il impose à Élisa sera le seul moment où elle lui en voudra vraiment.
Il reprend son rôle d’instructeur en lui apprenant à nager comme un Dalygarien. Là je dois dire que je me suis payée un rêve : nager longtemps sous l’eau et y voir clair sans détendeur, ni masque. Vive Dalygaran ! Forcément là-dessous c’est fantastique. Et la lune de lac m’est venue vous l’aurez deviné par analogie avec l’étoile de mer : la forme et le milieu. Dans mon esprit, cette sortie est une sorte de cadeau du Commandant à Élisa. On peut imaginer qu’il aime ce style de périple et qu’il voulait partager cela avec celle qui ne cesse de l’étonner depuis son arrivée.
Voilà tout ce que je peux dire à propos de ce douzième chapitre, deuxième partie.

Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.