0

Chapitre 13 – Révélations

Le Grand Conseil se réunit dans deux jours. J’ai repris mes matinées d’entraînement en salle et je passe mes après-midis avec Fleur Parfumée de la Plaine d’Isadora.
L’initiative du Commandant de m’emmener nager a été peu appréciée par sa hiérarchie qui lui a rappelé que mon corps était en “rodage” et que chaque activité physique devait être monitorée.
Je suis retournée une fois dans la salle des balanciers. La session a été une nouvelle fois interrompue au moment où j’ai atteint le niveau 10. Mon agilité est désormais testée en situation de combat. Les Dalygariens se battent d’une manière particulière : “vous devez visualiser votre adversaire et neutraliser son attaque en utilisant toute l’énergie qu’il y a mis. Vous l’évitez, vous le projetez, ou vous l’immobilisez, en aucun cas vous ne devez le blesser. C’est notre code d’honneur”. Le Commandant a fait venir quelques un de ses hommes pour que je puisse voir. Mon apprentissage a été facilité par mes capacités d’anticipations. Les exercices sont montés en puissance, de 1 à 4 attaquants. Plus il y en avait et plus je devenais rapide. La séance s’est terminée lorsque mes 4 attaquants se sont alignés devant moi et ont enfermé leur poing droit dans leur main gauche au niveau de leur poitrine.
“C’est une marque de respect. Ils reconnaissent votre talent. Vous devez leur répondre en mettant votre poing gauche dans votre main droite, si vous ne souhaitez pas les humilier”. Je me suis exécutée immédiatement.

Cet après-midi c’est Étoile Scintillant dans l’Immensité de l’Univers qui s’occupe de moi. Le Haut Commandement a décidé que je ne devais jamais rester seule et Fleur Parfumée de la Plaine d’Isadora doit se rendre chez son médecin pour une visite de routine.
Au programme, balade en forêt et botanique. Étoile Scintillant dans l’Immensité de l’Univers est intarissable. Nous arrivons à un point de vue, sur la Montagne Laurina, une des plus haute de la planète.
– Élisa, je sens un trouble au fond de vous
– Étoile Scintillant dans l’Immensité de l’Univers, vous m’avez dit le premier jour que j’allais tout oublier quand je rentrerai chez moi. Je ne veux pas tout oublier. Je veux me souvenir, de vous tous. De tout ce que j’ai pu voir ici. Votre monde est si merveilleux.
– Mais c’est la loi…
– Comment ?
– Je veux dire, c’est la loi du temps…
– Non, non, non, non. Vous avez dit la loi. Moi aussi je sens votre trouble. Je suis des vôtres dans ce corps, ne l’oubliez pas.
– Personne ne doit savoir que vous savez.
– Que je sais quoi ?
– Que nous allons vous effacer la mémoire…
– Mais je vous l’interdit ! A vous tous autant que vous êtes. Vous ne toucherez pas à ma mémoire.
– Comme je vous l’ai dit, c’est la loi. Vous venez d’une planète de type alpha.
– Et ?
– Votre niveau technologique est très loin d’égaler celle des planètes de cette partie de l’univers.
– Ah ouais, et c’est quoi votre niveau à vous ?
– Gamma. C’est le troisième niveau. Les civilisations ont accès aux technologies lorsqu’elles y sont prêtes. La Terre n’est pas prête pour ce que vous avez pu voir ici.
– Donc toute cette histoire de différentiel de temps, c’était du baratin ?
– J’ai bien peur que oui.
– Comment ? Comment avez vous osé me jouer une pareille comédie ?
– Élisa, votre arrivée était… inattendue. Nous avons du prendre des décisions rapides. Nous n’avions aucune idée de qui vous étiez. Et vous avez choisi de rester…
– Je n’en connaissais pas les conséquences.
– Mais je me devais de vous proposer un corps. C’est ce que nous faisons pour tout esprit voyageur.
– Comment se fait-il que je n’ai pas entendu le signal de rappel sur Terre ?
– Senti.
– Oui senti.
– Parce qu’il n’y en a pas eu.
– Comment est-ce possible ? Quand je suis dans un autre corps, le lien est rompu, c’est ça ? Et ne me mentez pas cette fois-ci.
– Non, il persiste. C’est ce qui vous permet d’avoir toutes ces capacités en plus des nôtres.
– Mais alors, quoi ?
– On a envoyé quelqu’un occuper votre corps.
– Quoi ? Vous avez fait quoi ?
– Ne vous énervez pas. Nous devions le faire. Quand nous avons compris que c’était une unité de voyage à gaz, il était urgent que votre corps soit occupé. Vous ne pouviez rentrer avant la décision du Haut Conseil, et si aucun esprit n’intégrait votre corps avant la coupure des gaz, votre corps aurait été perdu à tout jamais. Vous n’auriez pas pu rentrer sur Terre.
– Je ne vous ai jamais parlé de gaz.
– Nous le tenons de notre enregistrement. Nous avons accès à vos souvenirs le temps de l’acquisition, si nécessaire. Et c’était nécessaire. C’est le Commandant qui m’a prévenu quand je me suis absenté de la salle de débarquement. Vous vous souvenez ?
– De mieux en mieux. Vous avez accès  à mes souvenirs. Mais pourquoi ne m’avoir rien dit ?
– Nous ne savions rien de vous, et vous étiez dans ce corps…
– Mais enfin qu’est-ce qu’il a de si spécial ce corps, hein ? Vous savez quoi ? J’aurai souhaité ne jamais être venue ici !
Et là j’ai vu Étoile Scintillant dans l’Immensité de l’Univers me regarder avec surprise.
– Qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce qui se passe. Dites moi !
– Vous… clignotez, littéralement.
– Ne dites pas n’importe quoi !
– Allez sous l’arbre là-bas, me dit-il d’un ton autoritaire.
Et je me retrouve sous l’arbre. L’instant d’après je suis à nouveau à coté de lui.
– Mais qu’est-ce que c’est que ça ?
– Vous l’avez activé. Incroyable, vous l’avez activé !
– Je ne comprends rien. Étoile Scintillant dans l’Immensité de l’Univers, vous pouvez m’expliquer ?
– Votre corps, ce n’est pas seulement un corps. C’est une unité de voyage. Tout a été miniaturisé et connecté pour que les déplacement tels nos transporteurs soient possibles. Vous vous dématérialisez et rematerialisez là où vous voulez aller.
– C’est une plaisanterie ?
– Oh que non. C’est un prototype. Et il semble que vous ayez réussi à le faire fonctionner.
– Oh… Et j’ai clignoté ?
– Vous avez souhaité ne pas être là, mais vous n’avez pas donné de destination. La machine ne savait pas quoi faire. Vous vous dématérialisiez et rematérialisiez sur place. Quand je vous ai donné l’ordre d’aller sous l’arbre, vous vous êtes déplacé jusqu’à l’arbre.
– Et ensuite j’ai souhaité vous parler et je me suis retrouvée face à vous.
– Voilà. Quand le Commandant va savoir ça !
– Et vous allez lui expliquer comment ? Que je me suis retrouvée tellement contrariée par ce que je venais d’apprendre – et que personne ne doit savoir – que j’ai activé la partie transporteur de mon corps. Déjà qu’on voulait m’effacer ma mémoire, vous pensez vraiment que maintenant, il vont me laisser partir. Je vais sans doute devoir jouer les prolongations. J’aime bien Dalygaran mais je voudrais rentrer chez moi. Les miens me manquent… Et d’ailleurs si j’ai bien compris, je pourrais déjà le faire. Je n’ai qu’à le souhaiter.
– Non. Je vous l’ai dit, c’est un prototype. Sa portée pour le moment ne dépasse pas cette planète. Mais savoir se déplacer au bout de quelque jours seulement, c’est un exploit. Il a fallu une lune entière au Commandant.
– Au Commandant ? Je suis dans le corps du Commandant ?
– Dans le prototype qu’il était en train de tester avant votre arrivée.
– Oui, je sais, c’était une façon de parler. Je comprends qu’il était furieux maintenant. J’ai interrompu les tests.
– Oui. Et nous devrions lui parler.
– Eh bien nous le lui dirons s’il m’avoue que le truc sur différentiel de temps est un mensonge.
– Je ne sais pas si…
– Un secret contre un secret. À vous de le convaincre…
– Vous êtes impossible. Mais je vous accorde que la confiance doit être réciproque. Je vais essayer de le convaincre.

Après ça, nous avons marché en silence.
– Il est temps de prendre le chemin du retour maintenant, me dit mon hôte au bout d’un moment.
Il regarde partout autour de lui.
– Mais bon sang où êtes vous ?
J’apparais devant lui brièvement et je disparais aussi sec.
– Élisa, ce n’est pas un jouet, c’est de la haute technologie.
Je me mets à rire et il lève la tête. Je suis perchée dans l’arbre juste à sa droite.
– Descendez de là, norma…
Je me matérialise à coté de lui.
– …lement.
– Oh allez ne faites pas cette tête-là, que je lui dis. Je dois apprendre à contrôler cette nouvelle fonctionnalité si je ne veux pas l’activer par inadvertance lors de mes séances du matin.
– Oh c’est pas vrai. Je n’avais pas pensé à ça.
– Ne vous inquiétez pas. Je ne comprends pas comment ça marche, mais il semble que dès que j’apprends quelque chose, je le contrôle assez rapidement. C’est comme s’il y avait un bouton on et off dans ma tête. C’est quelque chose que je ressens.
– Vous devez rester prudente si vous voulez que ça reste un secret. Promis ?
– Promis ! Et je promets aussi de ne jamais parler de cette planète, si on me permet de garder ma mémoire. Qui me croirait de toute manière ?
– Vous feriez ça ?
– Ça m’éviterait de passer pour une cinglée. Les voyages tels qu’ils sont pratiqués sur Terre ne sont pas très bien vus vous vous savez. Il y en a même qui pensent que ce n’est pas réel.
– Vraiment ? Et ils pensent que c’est quoi ?
– Des hallucinations dues à une drogue.
– Oh !
– Si je racontais tout ce que j’ai vécu ici, on me traiterait de menteuse. Je ne suis même pas certaine que mes amis soient prêts à accepter l’idée de transporteur. Pour eux, c’est de la science-fiction.
– Il ne faudrait rien leur raconter à eux non plus. A personne.
– Je sais, mais votre loi va m’éviter de garder ce secret, non ?
– Je vais voir ce que je peux faire.
– Vraiment ?
– Je peux toujours essayer.

Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.