0

Chapitre 12 — Père et Fils

Comme elle l’avait promis, Élisa était revenue sur Dalygaran pour voir le Commandant Suprême et ses amis. La petite Cristal de Lune avait beaucoup changé. Elle en était à construire ses premières phrases avec des mots que seuls ses parents comprenaient.
Quant au Commandant Suprême, dès qu’il apprit que son fils avait préféré rester sur Terre afin de ne pas laisser sa fille seule, il proposa de les aider : en tant que grand-père, la vie qui grandissait en Élisa serait capable de sentir sa présence. Cela faisait longtemps qu’il ne s’était glissé dans son corps humain — depuis leur mariage, en fait — et il était impatient de recommencer.
Il pouvait garder un œil sur Élisa et David, et par la même occasion sur leur enfant, pendant qu’ils voyageaient. Il demanda à Élisa de ne pas en parler à son fils. Il préférait lui faire cette proposition en face à face. Il n’envisageait en aucun cas un « non » tout en sachant que son fils ne serait pas très enthousiaste. À son retour, Élisa avait juste informé son mari que son père voulait lui parler.

Le Commandant Suprême et son fils
– Je suis si content de te voir, mon fils, dit-il en le serrant dans ses bras.
– Élisa m’a appris que tu avais quelque chose à me dire…
– Droit au but, comme d’habitude. Oui, c’est vrai. Mon fils, nous avons commencé une conversation il y a quelques lunes… le jour de ton mariage pour être exact.
– Oh, je vois…
– Je n’abandonnerai pas cette idée, fils. Tu le sais. Et il va falloir t’y habituer…
– Ça n’est pas si facile…
– Je comprends…
– Vraiment ?
Toi, tu n’as pas eu le choix. Ton corps Dalygarien était mourant. Tu es le premier à savoir à quel point il est traumatisant d’abandonner son propre corps.
– Comment peux-tu avoir envie de vivre ça alors ?
– Tu n’étais pas préparé. Je le serais. La famille a plus de valeur à mes yeux qu’une vie Dalygarienne, fils. Et ma famille vit sur Terre. C’est donc là que je veux être. De plus, Élisa et toi, vous aurez bien besoin d’un grand-père pour vous aider avec cette enfant. Elle sera spéciale… génétiquement spéciale, je veux dire. Et nous devrons la protéger de ce qu’elle est jusqu’à ce qu’elle soit en mesure de comprendre sa différence et pourquoi elle ne doit le montrer à personne.
Le Commandant baisse la tête. Il sait que son père a raison. Sa fille aura des capacités qu’aucun autre humain n’aura, et cela devra rester secret.
– Sur Terre, j’aurai le temps de prendre soin d’elle, enfin… de vous trois.
– Père, c’est un tel sacrifice…
– Tu me manques depuis que tu vis sur Terre, mon fils. Tu es tout ce qui me reste. S’il te plait, aide-moi…
– Comment ?
– J’ai besoin de sentir que tu n’es plus hostile à cette idée. Je ne te mentirai pas : tu as raison. Je sais que c’est un énorme sacrifice. Mais ça a du sens pour moi. Je terminerai une vie pour en commencer une autre.
– Père, si tu viens sur Terre, je n’aurai plus de famille sur Dalygaran…
– Tu auras toujours des amis, et de très bons amis. Tu restes le père de cœur d’une fillette Dalygarienne. Tu feras toujours partie de l’équipe archéologique. Et tu viendras entrainer quelques militaires chaque fois que Tout Premier Rayon de l’Anneau d’Or te le demandera. Ici, les gens se fichent que tu vives dans un corps terrien. Ici, tu es le Commandant Cristal de Lune. Pour toujours… Ton lien envers cette planète est indestructible. Et tu es marié à une femme qui est aussi liée à ce monde. Elle ressent les choses comme nous. Elle est une des nôtres. Avec vous deux sur Terre, je serai au bon endroit. Parmi les miens. Crois-moi.
– Tu as une vie, ici. Tu as un travail. Tu as des responsabilités. Et si tu t’ennuyais en tant qu’humain ?
– Tu ne penses pas que devenir grand-père remplira suffisamment ma vie ?
– Ça n’a rien à voir !
– Je suis un vieil homme, mon fils. Je suis fier de ce que j’ai accompli ici. Mais mes besoins ont changé. Mon rang ici ne peut me donner ce qui me manque le plus : toi et ta famille… ma famille. Tu as trouvé ta place parmi les Terriens. Je trouverai la mienne, tu ne crois pas ?
– Il n’y a rien que je puisse dire pour te faire changer d’avis…
– J’ai besoin de te savoir à mes côtés. Pourquoi devrais-tu combattre cette volonté ?
– Tu as raison, père. Je ne tiens pas à m’opposer à toi…
– Fils, j’ai besoin de ton aide pour surmonter mon appréhension. Je ne veux pas attendre que le bébé soit né pour venir sur Terre…
– Quoi ?!
–… de temps en temps. Comme toi qui viens ici pour te sentir Dalygarien, j’ai besoin d’apprivoiser mon corps humain. J’ai besoin de me sentir Terrien… De toute manière, c’est normal qu’un père vienne rendre visite à son fil, non ?
– Euh, oui, mais…
– Si je vous rends visite à toi et à Élisa, vous pourrez voyager ensemble. Tu sais qu’elle en a tellement besoin. Et elle sera heureuse de le faire avec toi. Je serai celui qui prendra soin de votre future enfant. Elle ne sera pas seule, si je suis là…
– Je…
– Oh mon fils, s’il te plait…
Le Commandant fait un pas en avant pour serrer son père dans ses bras.
– D’accord papa, murmure-t-il en lui tapotant le dos.
– Papa ? Tu ne m’avais jamais appelé comme ça avant…
– C’est plus Terrien. Nous n’avons que quelque mois pour te préparer à devenir un parfait humain. Tu devrais venir chaque semaine en immersion. Tu penses que c’est possible ?
– Absolument, répond le Commandant Suprême radieux. Merci.
Et le père et le fils s’étreignent à nouveau.

Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.