0

Chapitre 10 – De retour sur Dalygaran

Élisa et le Commandant sont dans leur salon, prêt à aller dormir.
– Qu’est-ce qu’on va faire ? demande Élisa.
– Détends-toi, répond son mari.
– On aurait déjà dû avoir des nouvelles de Sylvestre.
– Ça demande peut-être plus de temps que prévu.
Le Commandant peut ressentir l’angoisse de sa femme, mais il se trompe sur son origine. Elle n’a pas peur que son esprit s’évade. Elle a peur qu’il la suive à nouveau. Voyager éveillée et voyager endormie sont deux choses sensiblement différentes, se dit-elle. En pleine conscience, jamais la présence du Commandant n’aurait pu lui échapper. Mais la nuit dernière, elle ne s’en est rendue compte que confusément, une fois qu’ils se sont assis brutalement tous les deux dans le lit. À l’heure qu’il est, elle finit par se demander qui finalement a suivi l’autre. Elle commence à avoir plus de contrôle sur ce qu’elle fait la nuit, et y mène de plus en plus des investigations totalement voulues. Voilà comment se sont passés ces derniers jours : les émotions ou la curiosité l’ont amenée quelque part, et dès qu’elle était dans la place, elle était capable de prendre plus ou moins le contrôle. Que se serait-il passé si le Commandant avait été avec elle quand elle a espionné le centre de recherche où elle a volé le remède pour Mira ? Elle n’avait pas projeté de tout lui cacher éternellement. Mais elle voulait faire quelque chose d’elle même, sans qu’on lui donne une solution ou des conseils. Elle voulait revivre la sensation de son premier voyage, quand tout était nouveau. Ces moments de découvertes lui manquent. Et ces escapades nocturnes ont été le bol d’air dont elle avait besoin, jusqu’à ce que son mari vienne tout gâcher, bien qu’involontairement, par son intrusion. Elle sait que ces pensées sont injustes, mais elle ne peut s’empêcher de les avoir. À bien y réfléchir, elle se dit que c’est plutôt elle qui a suivi son mari. Car, ce qui s’est passé la nuit dernière, cette façon de voyager en suivant une personne, ce n’est plus ce qu’elle fait ces derniers temps. Par contre, c’est bien ce qu’elle faisait quand elle a commencé ses escapades nocturnes. Une méthode de débutant. Mais pourquoi aurait-il choisi Rose ? Est-ce parce qu’il sait que la relation entre Rose et Nori la perturbe et qu’il se sent concerné par ricochet ? Elle en est à considérer cette hypothèse lorsque quelqu’un frappe à la porte.
Sylvestre passe la tête dans l’embrasure, histoire s’assurer qu’il y a encore quelqu’un.
– Je suis content que vous ne soyez pas déjà partis dormir.
– C’en était d’un cheveu, réplique Élisa plus sèchement qu’elle ne l’aurait voulu. Je suis contente de te voir aussi, ajoute-t-elle pour se rattraper.
– Alors, Sylvestre, tu as de bonnes nouvelles pour nous ?
– J’ai passé deux jours sur ce problème.
– Deux jours ? s’étonne Élisa.
– C’est l’avantage de travailler dans le futur. Tu reviens quand tu en as envie. Tu le sais pourtant.
– Oui, c’est vrai. Mais je ne m’étais simplement pas imaginé qu’il y avait autant de travail…
– C’est parce que je ne me suis pas contenté d’une simple mise à jour. Cet appareil est un véritable petit bijou, mais il ne s’adaptait pas à la personne. Maintenant, si ton esprit devient plus fort, l’inhibiteur le sera aussi. Au lieu d’un paramètre entré une fois pour toutes dans la machine, ça prend une mesure, et ça agit en conséquence. Il a fallu que je trouve comment on mesure la force d’un esprit. Mais il y avait quelques appareils Frigellyens très anciens que j’ai pu analyser et ça m’a aidé à avancer plus vite. Donc maintenant, cette montre peut bloquer vos deux esprits, quelle que soit leur force. En tout cas c’est ce que ça devrait faire. Prenez-là et vous me direz demain si vous avez passé une bonne nuit.
– Merci Sylvestre, dit le Commandant.
– Au revoir vous deux. À demain.

Le lendemain matin
La montre de Sylvestre semble avoir été efficace. Élisa peut sentir le soulagement de son mari, lorsqu’il lui annonce qu’il n’est allé nulle part pendant son sommeil.
Lorsqu’ils prennent leur petit-déjeuner, Élisa dévore tous les pancakes qu’il a cuisinés pour elle, sans lui en laisser un seul. Quand elle s’en rend compte, elle se sent un peu honteuse, mais le Commandant est simplement heureux de la voir avec un si bel appétit.
Là, elle demande à ce qu’ils repartent dans leur chambre pour essayer de voyager à nouveau sans pilule.
– J’ai appelé Étoile Scintillant dans l’Immensité de l’Univers ce matin quand je me suis réveillée. Le corps est prêt depuis hier soir.
– Oh, Élisa, tu l’as réveillé ?
– C’est bien possible. Ça expliquerait sa façon de parler un peu confuse.
– Tu es si impatiente.
– Oh ça je le suis, assurément.
– D’accord. On essaie.
Quand ils sont tous les deux assis face à face sur le lit, les jambes en tailleur, comme le jour précédent, il prend ses mains et commence à lui envoyer toutes les ondes positives dont il est capable. Dès que l’esprit d’Élisa est parti, il l’allonge délicatement sur le lit, et laisse ses doigts courir un peu dans ses cheveux avant de venir s’allonger auprès d’elle.
Sur Dalygaran, Étoile Scintillant dans l’Immensité de l’Univers est heureux de voir le corps de voyage ouvrir les yeux.
– Élisa ?
– Oui, c’est moi.
– Ça fait bizarre de te voir à nouveau dans ce corps-là. J’ai l’impression de me replonger dans le passé.
– J’ai vraiment besoin de me défouler. Et ce corps est parfait pour ça. Je promets que je le rends dans trois centièmes. Et crois-le ou non, ça va être les trois centièmes les plus denses de toute ma vie.
Et elle disparaît.
Elle se matérialise à la Grande Cascade, pour un plongeon. Elle apprécie vraiment de pouvoir nager à la Dalygarienne. D’autant plus que cette rivière est pleine de souvenirs et de poissons-lunes.
Étoile Scintillant dans l’Immensité de l’Univers sursaute lorsqu’elle réapparait encore un peu mouillée pour demander un cheval.
– J’ai pris la navette ce matin. Ils sont tous dans le pré, près de ma maison. Tu peux en prendre un si…
Élisa disparait.
– … tu veux.
Lorsqu’elle arrive devant le pré, elle aperçoit trois chevaux. L’un d’entre eux lève la tête et vient la voir. Élisa le reconnaît : c’est celui avec lequel elle a fait la course le jour de la fête en son honneur.
– Brave bête. Je ne suis pas dans le même corps, mais tu sais qui je suis, hein ? murmure-t-elle, en caressant la joue du cheval.
Le cheval n’est pas harnaché.
– Et, que dirais-tu d’une balade à cru ? continue-t-elle, toujours en lui parlant à l’oreille.
Élisa a vu ça dans des films très anciens sur Terre. Elle essaie d’envoyer une image mentale au cheval de ce qu’elle souhaite faire. Il lui faut s’y reprendre à deux fois, avant d’arriver à s’asseoir sur son dos. Puis elle lui demande quelques tours tranquilles autour du pré. La monture accélère au fur et à mesure qu’elle sent la confiance d’Élisa grandir. Élisa comprend trop tard ce qu’elle projette de faire.
– Non, non, non, non, crie-t-elle, alors que le cheval accélère pour sauter par dessus la barrière.
Élisa se concentre pour rester sur le dos du cheval et y parvient. À cru, la fusion mentale est encore plus forte. Elle adore les sensations que ça lui procure et passe vraiment un bon moment. Il en va de même pour la monture qui semble au moins aussi heureuse qu’elle.
– Je ne peux pas rester trop longtemps, lui dit Élisa, plein de regret dans la voix, et demandant mentalement à la bête de la ramener au pré. Elle lui laisse choisir l’allure du retour qui devient une succession d’accélérations et de ralentissements. La monture s’arrête devant la barrière cette fois-ci. Élisa l’ouvre pour que l’animal rejoigne ses congénères, non sans lui avoir donnés quelques dernières caresses et murmuré un au revoir ému à l’oreille.
Élisa se matérialise ensuite dans la salle de combat, surprenant Tout Premier Rayon de l’Anneau d’Or, en pleine session d’entrainement avec son équipe.
– Bonjour Élisa ! Étoile Scintillant dans l’Immensité de l’Univers m’a informée que vous preniez ce corps aujourd’hui, lance le nouveau Commandant en Chef pour l’accueillir.
Élisa vient lui murmurer quelque chose à l’oreille. Tout Premier Rayon de l’Anneau d’Or sourit.
– Six, vous dites ?
– Oui. Je l’ai déjà fait avec quatre du temps du Commandant Cristal de Lune. J’ai plus d’expérience aujourd’hui.
– D’accord. Exercice progressif. Premier attaquant s’il vous plait : voici votre cible.
Et Tout Premier Rayon de l’Anneau d’Or pointe le corps de voyage.
Un à un, elle envoie de plus en plus d’attaquants. Tout Premier Rayon de l’Anneau d’Or observe la technique d’Élisa. Elle est bluffée par sa vélocité et ses capacités d’anticipation. À la fin de l’exercice, comme ils l’avaient fait auparavant, tous les adversaires d’Élisa se mettent en ligne devant elle en mettant leur poing droit dans leur paume gauche à hauteur de la poitrine. Élisa sait quoi faire, cette fois-ci, et répond immédiatement en positionnant son poing gauche dans la paume droite, de même manière.
– Merci, leur dit-elle.
Tout Premier Rayon de l’Anneau d’Or n’a pas le temps de répondre qu’Élisa est déjà partie.
– Étoile Scintillant dans l’Immensité de l’Univers, il me faut une pilule d’extraction.
– Es-tu allée rendre visite au Commandant Suprême ?
– Je n’ai fait que des exercices physiques. C’est ce dont j’avais besoin aujourd’hui. Je suis navrée, mais je dois repartir sur Terre maintenant. Je reviendrai bientôt. Je le promets. Et je prendrai le temps d’aller voir les amis et la famille cette fois-ci, pour discuter.
– Les pilules sont dans le tir…
Étoile Scintillant dans l’Immensité de l’Univers s’arrête au milieu de son dernier mot. Élisa a déjà ouvert le tiroir, où il range désormais les pilules nécessaires à elle et au Commandant. Elle prend un verre d’eau, et s’en va s’allonger immédiatement sur la banquette.
– Au fait, ce corps est en manque de nourriture, avec tout ce que je lui ai fait faire. À plus.
Lorsqu’elle revient dans son propre corps sur Terre, cela réveille le Commandant qui avait fini par s’assoupir en l’attendant.
– Et ?
– Des sensations géniales. Je suis super heureuse. Merci beaucoup pour ton aide.
– Tu es plus détendue, je peux le sentir. Ça me fait vraiment plaisir.

Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.