7

Chapitre 5 – L’entraînement

– T’avais prévu de m’en parler ?
–  Écoute Nicolas, je voulais attendre que tu sois revenu de voyage. Qu’on puisse se voir, en discuter de vive voix. J’ai déjà eu une conversation téléphonique désagréable avec maman  à ce sujet. J’ai pas besoin que t’en rajoutes une couche !
– Je suis rentré là. Et qu’est-ce que je trouve dans ma boite vocale ? Des messages de nos amis, William, Jonas, Sarah. Très enthousiastes. Et qui me disent quoi ? :  “Oh tu vas pas le croire, Élisa a gagné des voyages dans l’espace”.
– Tu savais que je jouais quand même !
– Je ne pensais pas que tu gagnerais !
– Eh bien j’ai gagné ! T’es mon petit ami. Tu devrais être content pour moi.
– Content ? Tu plaisantes ? Tu tiens vraiment à faire partie de ce ramassis de cinglés qui s’imaginent qu’une âme peut voyager toute seule ?
– Cinglée ? Tu me traites de cinglée ?
– Mais non. Bien sûr que non. Lisa, tu sais ce que je pense de tout ça…
– Eh bien je m’en fiche! Fous-moi la paix !
Paf ! Raccroché au nez ! Ça lui apprendra ! Façon, là il faut que j’y aille. C’est le jour de mon entraînement. Ce n’est pas à côté. Je dois me dépêcher.

“Loterie mondiale”. M’y voici. Je ne sais pas combien de fois j’ai rêvé de me rendre dans ce bâtiment. Là je commence à être dans mes petits souliers. Tout va bien se passer ma fille. Tout va bien se passer.
La porte d’entrée s’ouvre devant moi laissant apparaître le guichet d’accueil.
– Élisa Martin j’ai rendez-vous à 10h pour ma séance d’entraînement. Pour les voyages dans l’espace. J’ai mon numéro gagnant avec moi si…
– Ce ne sera pas nécessaire. Vous avez été identifiée au moment même où vous avez franchi cette porte. L’équipe médicale vous attend. Voici votre badge qui vous donnera accès à toutes les pièces où vous devrez vous rendre aujourd’hui. L’ascenseur est à votre droite. Passez le badge devant la plaque grise pour l’appeler. Il vous déposera au bon étage.
– J’ai été identifiée ?
– Reconnaissance faciale. Votre compte de loterie. Votre photo. Très bonne qualité.
– Ah !
– Bonne séance Mademoiselle.
– Euh merci.

Donc ascenseur. Le voilà. On ne peut pas dire que c’est grand à l’intérieur.
Mince, ça ne monte pas. Ça descend ! Apparemment je vais en sous-sol.
– Veuillez me suivre.
– Euh oui.
– Mademoiselle Élisa Martin pour sa prise de sang.
La personne qui se dirige vers moi main tendue pour me saluer est à peine plus âgée que moi. Un homme de moins d’une trentaine d’années. Craquant.
– Vous ne sentirez rien, me dit-il, son stylo de prélèvement dans la main gauche.
J’ai senti un léger picotement.
– Nous allons analyser ça dans l’heure. Vous aurez les résultats avant de partir. Alice va vous raccompagner à l’ascenseur.
Et je suis Alice.
– Passez votre badge devant la plaque grise
– et l’ascenseur m’amènera au bon étage
– Voilà. Au revoir Mademoiselle
Ah, on remonte cette fois-ci.

– Veuillez me suivre
– Ok
– Mademoiselle Martin bienvenue pour votre test physique : capacités cardiaques et pulmonaires.
Une femme cette fois-ci. Toujours dans la trentaine. Je me demande à quelle sauce je vais être mangée.
Je dois dire que je redoute un peu. Ce n’est pas que je ne sois pas sportive, mais j’ai toujours manqué d’endurance. Mon truc à moi, c’est l’effort violent et court.
La femme me montre la cellule d’analyse, en forme d’oeuf géant, toute transparente.
– Passez votre badge
– devant la plaque grise
– pour entrer. Saisissez la poignée devant vous et appuyez sur le bouton vert pour faire avancer le tapis. Nous contrôlerons la vitesse d’ici. Les analyses se feront automatiquement.

Un tapis roulant. Je vais courir sur un tapis roulant. En fait c’est une succession de marches, de sprints et de trottinements qui m’est demandée. J’en sors assez essoufflée, mais c’est parce que la dernière consigne est un long sprint.

Et c’est reparti pour le rituel de l’ascenseur. Ça monte, ça monte un bon coup cette fois-ci.
– Bienvenue au sommet de notre tour, me dit le jeune homme qui m’accueille dans un grand sourire. Veuillez me suivre.
Nous débarquons dans une pièce bourrée d’électronique. Ça clignote de partout, ça cliquette aussi.
Ils sont deux à m’attendre cette fois-ci. Je comprends que c’est le dernier endroit où j’irai aujourd’hui. On va d’abord mesurer le stress que me procure l’entrée dans la machine à voyager dans l’espace, vérifier que mon coeur ne s’emballe pas, mesurer mes ondes cérébrales et m’apprendre la procédure de retour. De ce que je sais, cette procédure relève carrément du conditionnement : au signal, l’esprit doit réintégrer le corps. D’après les Fouines cette opération est assez désagréable. Une sensation de tomber en chute libre s’accompagnant dans certains cas de nausées.

L’unité de voyage est une sorte de caisson oblong, dans lequel on s’allonge. Elle est tapissée dans sa partie inférieure d’un revêtement épousant vos formes. Une impression de flotter. La partie supérieure est un couvercle. Et pour voyager il faut le fermer. C’est dans ce caisson que seront envoyés les gaz. Mais pas de gaz pour aujourd’hui.

Dès la fermeture du couvercle, une musique douce me parvient aux oreilles. Puis une voix apaisante se met à me parler. Je suppose que c’est l’un des deux hommes de tout à l’heure. Je comprends pourquoi on vous enferme là-dedans avant le jour J. Il faut avouer que c’est un peu flippant. Mais la voix définitivement réussit à me calmer. Je me détends littéralement. Et l’impression de flotter s’amplifie.
– Vous êtes maintenant en sécurité, entourée de ceux que vous aimez le plus, votre meilleure amie, votre petit ami…
Je ne voudrais pas avoir l’air de trop paniquer là, mais je flotte vraiment. Enfin mon esprit. J’ai l’impression de me voir dans ce caisson.
La voix continue. Je me détends. Quelle idiote je suis. Je me fais peur toute seule. Là je suis bien. Puis le conditionnement au retour commence. On m’explique qu’on va m’envoyer une série de trois notes, que je dois mémoriser et associer au retour. Je devrai ensuite repérer les 3 notes au milieu de bandes sonores divers : musique, bruit de rue, conversation animée, bref, dès que je les entends, je dois presser le poing droit. Quand ça se termine j’ai des picotements dans toutes les extrémités. C’est normal pour une première séance en caisson me dit-on. Je raconte ma sensation de flottement, mon impression de m’être vue. C’est ridicule hein ?
– Les moments de détente extrême peuvent donner ce genre  d’impression. Mais c’est votre imagination qui est à l’œuvre !
Et c’est reparti pour un tour d’ascenseur. Je dois aller dans une salle d’attente jusqu’à ce que mon bilan final arrive.

Dans le laboratoire du dernier étage de la loterie mondiale
– Il faut qu’on signale l’anomalie.
– Ce n’est pas quand même la première à avoir un pique de stress le jour de d’entraînement. D’ailleurs elle l’a très bien géré par la suite. Ça n’a pas été long.
– Je ne parle pas de ça, je parle de sa sensation de flottement. Elle dit s’être vue.
– Mais c’est impossible, c’est juste son imagination qui s’est emballée au moment d’un pic de stress
– Écoute on n’est pas là pour juger de ce qui est possible ou non. Nous devons signaler les anomalies, c’en est une. Vu ses analyses, elle est apte, mais nous allons devoir faire venir les deux seigneurs pour surveiller son premier voyage. Et comme d’habitude : il ne se passera rien de particulier !

Annie

7 Comments

  1. De retour d’un court voyage, et déjà 2 chapitres de retard ! Je me dépêche pour rattraper mon retard

    • T’as déjà vu un décollage ? J’ai vu ça au Futuroscope en gros plan. Ben, c’est une mégabombe qui t’arrache du sol. Moi ça me ferait flipper 😉

      • Oui ça doit faire flipper comme toute exploration extra terrestre ( je pense ne serait ce qu’à l exploration sous marine les bulles d oxygène dans le sang quand on remonte trop vite berk enfin ) nous sommes limiter nous petit peuple de la terre pas fait pour 😮 bien loin des habitants de proxiterra 😉 ça fait rêver aller la suite bizzou

  2. C’est mon côté pro de l’édition. Mais si ça t’embête. J’arrête.
    2 petites erreurs .
    Je ne pensais pas que tu gagnerai !
    Vous êtes maintenant sécurité,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *